Accueil Site Politique de Vie

 

Informations Politique de Vie - 2 mars 2004



Nazisme, Miel et Vitamines...
  : quand l'histoire rattrape les criminels

Christian Denis


Je viens de recevoir de notre correspondant et ami Christian Denis (sousmarinvert.chris@wanadoo.fr - http://www.grainvert.com ) un dossier très intéressant sur les subtiles relations entre l'industrie chimique allemande, le nazisme, la mort des abeilles et les tentatives d'éradication des médecines naturelles par les mêmes organisations criminelles internationales.

Bonne lecture.

Cordialement,

Christian Cotten



Ci-après un article du journal luxembourgeois L'investigateur
... avant que la faillite d'IG Farben ne soit prononcée en fin d'année 2003. Donc, les victimes du nazisme ne recevront jamais rien.
 
Alors, les apiculteurs et leurs abeilles...


L'histoire des cartels pharmaco chimiques allemands, la montée du Nazisme et les financiers dW wall Street, dont Prescott Bush, père de.... et grand père de.... est rigoureusement exacte.


Lire, au choix :
 
http://www.reseauvoltaire.net/article9723.html
 
http://users.skynet.be/roger.romain/lafamillebushafinancehitler_12_05_2003.htm


 
Si vous n'en croyez rien, tapez Prescott Bush + Nazis à l'aide de Google ou tout bon moteur de recherche... J'ai accumulé pas mal de doc sur le sujet, disponible sur demande.
 
En seconde partie, la plainte du docteur Rath contre ces mêmes cartels. Que l'on valide ou non sa théorie sur les vitamines, elle s'appuye sur un constat que nous pouvons tous faire aisément : les chimistes nous empoisonnent d'une main, pour nous soigner de l'autre...
 
Le docteur Rath est en pointe dans le combat contre l'Etablissement du Codex Alimentarius, véritable précurseur de l'AGCS dans le domaine de la santé, qui vise à déposséder tous les peuples de leurs médecines naturelles (quoiqu'on en pense) ouvrant ainsi la voie aux brevets sur le vivant.

http://www.dr-rath.com/index_eu_francais.html


Bonne lecture...

Christian Denis

------------------------------------------------------------------------
 
IG-Farben, la productrice de Zyklon B, enfin en faillite


Nov 12, 2003


IG Farben a déclaré mettre la clef sous la porte. La société qui a fourni du gaz mortel aux SS afin qu'ils gazent les « sous-hommes », Juifs, Tsiganes etc. a déclaré avoir engagé un processus de mise en cessation de paiements après une liquidation judiciaire de près de 60 années.

Créée en 1925, la société IG Farben a plus que collaborer avec le régime nazi. Elle en a été l'un des piliers économiques. En 1945, les actifs d'IG Farben sont confisqués par les alliés et répartis entre les entreprises qui vont devenir les géants de l'industrie chimique allemande moderne: Hoechst, Bayer et BASF. Dans l'économie, point de morale. Rien ne se perd tout se transforme.

IG Farben a été l' « héroïne » d'un film de Verneuil « Cent mille dollars au soleil » dans lequel son rôle est dénoncé. Il y est démontré un point essentiel.

Tout au long de la Seconde Guerre mondiale, l'IG Farben enrichit des citoyens américains, en théorie anti-nazis, dont les actifs proviennent de la vente aux nazis de pétrole fourni par les pétroliers texans, de produits pétroliers en partie produits par les esclaves des camps d'extermination. En fait la société mère frappée de cet opprobre se met en sommeil au profit des trois sociétés Hoechst, Bayer et BASF dans lesquelles les capitaux américains sont importants. Tout comme Siemens ou Volkswagen d'ailleurs.


La dissolution d'IG Farben aurait normalement dû être prononcée dans les années 50. Mais la société liquidatrice, IG Farben in Abwicklung (IG Farben en liquidation) se transforme en une société cotée en bourse. Elle a des intérêts dans l'immobilier. C'est ainsi que le monstre devient un moyen d'enrichissement purement spéculatif. Elle détiendrait aujourd'hui 500 immeubles évalués au total à quelque 5 à 10 millions d'euros d'actifs immobiliers, le reste ayant été versé aux actionnaires qui n'ont jamais eu à se plaindre. L'argent du Zyklon B a donc fait des heureux.

Plus scandaleux, les associations qui demandaient des indemnisations pour les travailleurs esclaves n'ont pas reçu un sou vaillant. BASF, Bayer ou Hoechst ont dû, elles, alimenter le fonds d'indemnisation allemand des travailleurs forcés du nazisme négocié en 2001 (d'un montant total de 5,1 milliards d'euros).

Mais, IG Farben in Abwicklung, société de liquidation n'a jamais rien donné. Et si la liquidation est prononcée, les associations n'auront plus rien à attendre d'IG Farben. Les raisons de cette liquidation sont à rechercher dans le scandale qui a éclaté lors de la pause de la première pierre du monument édifié en l'honneur des victimes juives du nazisme. Le nom de l'IG Farben a ressurgi de la nuit d'oubli dans laquelle elle croyait s'être protégée.

Si la faillite définitive d'IG Farben est prononcée, les travailleurs forcés craignent de perdre tout espoir de compensation. Néanmoins, les organisations juives ont levé un sacré lièvre. La société de participations WCM, grand actionnaire de Commerzbank et à la tête d'un important portefeuille immobilier, est une ancienne filiale de l'IG Farben in Abwicklung. Or WCM est fortement soupçonnée d'avoir accueilli tous les actifs bénéficiaires de l'IG Farben la transformant en une enveloppe vide. L'argent a ici une forte odeur : celle des chairs brûlées qui s'échappait des grandes cheminées d'Auschwitz.

On lira ci-dessous la communication du Dr Rath, qui , au cours d'une audience publique, formula la mise en accusation devant la Cour Internationale de La Haye à l'encontre des responsables des crimes les plus graves jamais commis dans l'histoire de l'humanité.



LES RACINES DU MAL OU LA PUISSANCE DES LOBBYS PHARMACEUTIQUES - LE TRIBUNAL DE BERLIN

(d'après le Dr Rath - MR Publishing - BP 859 7600 Almelo - Pays-Bas)


Le docteur Rath, au cours d'une audience publique, formula la mise en accusation devant la Cour Internationale de La Haye à l'encontre des responsables des crimes les plus graves jamais commis dans l'histoire de l'humanité.

Préambule


Des centaines de millions d'humains continuent à mourir d'infarctus, d'attaques cérébrales et d'autres maladies qui - on le sait de façon certaine - peuvent être évitées et éradiquées. Cet holocauste n'est pas fortuit. Il est prémédité et perpétré systématiquement par les entreprises pharmaceutiques pour augmenter leurs parts du marché mondial des préparations pharmaceutiques qui s'élèvent actuellement à mille milliards de dollars par an. Le cynisme de cette politique tient dans une désinformation structurée qui plonge ses racines jusque dans l'agriculture.

La prévention et l'éradication d'une maladie diminuent toutes deux de façon déterminante la vente des médicaments pour cette maladie. C'est pourquoi les grands groupes pharmaceutiques font systématiquement obstacle à la prévention de la maladie.

Plus de 95% de l'ensemble des préparations et des médicaments actuellement vendus n'ont aucun effet démontré. Le Dr De Brouwer dans plusieurs de ses livres dénonce le même pourcentage.

Parallèlement, les effets secondaires graves, connus, de ces mêmes préparations sont devenus la quatrième cause de décès dans les pays industrialisés.

Les grands groupes pharmaceutiques encouragent sciemment l'apparition de nouvelles maladies pour promouvoir leurs marchés. Pour commettre ces crimes, les laboratoires ont recours à un réseau d'exécutants et de complices dans les milieux scientifiques, médicaux, médiatiques et politiques.

Durant l'ensemble du XX ème siècle l'industrie pharmaceutique a été méthodiquement développée et organisée dans le but de contrôler le système de santé de nombreux pays. Pour ce faire, elle a remplacé les remèdes naturels, non brevetables par des préparations pharmaceutiques de synthèse brevetables et donc lucratives. Les fondateurs de cette industrie étaient des affairistes sans scrupule qui, dès la naissance de cette dernière, considérèrent le corps humain et les maladies comme un marché à s'approprier.

Les gouvernements, les économies et les organismes sociaux de tous les pays industrialisés sont devenus les otages des grands groupes pharmaceutiques suite à des pratiques monstrueuses et criminelles.

Hoechst, Bayer et BASF ont joué un rôle déterminant dans le destin de l'Allemagne mais également dans celui du monde entier.

Pour contrôler le marché mondial de la chimie et de la pharmacie, ces groupes ont fondé le cartel IG-Farben. Ils ont organisé la prise de pouvoir par Hitler, préparé la seconde guerre mondiale. Hoescht, Bayer, BASF étaient les organisateurs de l'énorme complexe industriel IG - Auschwitz. Ils utilisaient le camp de concentration pour perpétrer les crimes les plus graves jamais commis jusque - là dans l'histoire.

En 1947, lors du procès des criminels de guerre de Nuremberg, 24 dirigeants de Bayer, BASF, et d'autres membres d'IG-Farben furent accusés des crimes contre l'humanité suivants :


- Préparation et conduite de guerres offensives
- Massacres collectifs
- Conduite d'expériences criminelles notamment sur les prisonniers des camps
- Vols et pillages
- Asservissement des peuples et autres crimes.

Telford Taylor, principal accusateur américain du Tribunal de Nuremberg tint les propos suivants à l'encontre des dirigeants IG-Farben (Hoescht, Bayer, BASF) : "Ce sont ces accusés les principaux criminels de guerre et non les nazis. Si la faute de ces accusés n'est pas exposée au grand jour, ni punie, ils représenteront à l'avenir un danger beaucoup plus grave pour la paix dans le monde qu'Hitler s'il était encore en vie".

Le cartel IG-Farben a été dissous par le Tribunal de Nuremberg et réparti parmi ses filiales Hoescht, Bayer, BASF.

Quant aux responsables d'IG-Farben, ils ont été libérés après leur condamnation dès 1952 avec l'aide de Nelson Rockfeller, leur ancien partenaire commercial, devenu ministre des affaires étrangères par intérim des USA. La prédiction du principal accusateur américain Taylor devait se réaliser rapidement....

....Le rôle criminel des grands groupes pharmaceutiques et du gouvernement allemand apparaît dans leur entreprise de répression de la découverte la plus importante du médecin pour l'éradication des maladies cardiaques.

Cette année-là le Dr Matthias Rath a découvert que l'infarctus et l'attaque cérébrale n'étaient pas de véritables maladies. Ils sont au contraire, de même que le scorbut, le résultat d'une carence en vitamines sur le long terme et peuvent être parfaitement évités.

On a démontré cliniquement qu'un apport quotidien en vitamines et autres compléments nutritifs peuvent stopper l'affection cardiaque coronaire et détruire les dépôts athérosclérotiques, déjà existants, par l'introduction d'un remède naturel.


Il est donc clair que les affections cardiovasculaires qui représentent la première cause de décès dans les pays industrialisés auront pour ainsi dire disparu dans les prochaines générations. Une conception nouvelle et fondamentale de la médecine et de la santé humaine est née : la médecine cellulaire.

À parti de cette médecine, il est possible de prévenir et d'éliminer les maladies les plus courantes, y compris l'hypertension, l'insuffisance cardiaque, les troubles du rythme cardiaque, les affections cardiovasculaires des diabétiques, l'ostéoporose et d'autres maladies jugées incurables.

Il va sans dire que l'éradication de ces maladies dépend essentiellement de la rapidité à laquelle cette communication sera diffusée.

La découverte du Dr Rath et de plusieurs chercheurs de cette nouvelle médecine va porter un tort énorme à l'industrie pharmaceutique. Vous faites parti de la chaîne. Un maillon indispensable à l'éviction définitive du racket de notre santé par cette industrie néfaste. Nous avons notre libre arbitre, nous nous devons de le faire respecter.

À nous de jouer.

http://www.dr-rath.com/index_eu_francais.html


Accueil Site Politique de Vie