Accueil Site Politique de Vie

 

Système judiciaire : réforme ou rupture ?

Communiqué de Politique de Vie - Christian Cotten - 2 juin 2004 - 5 200 destinataires e-mail

 

Au 15 juin 2004 : Brenda Reynaud libre, retrouve sa mère.

 


L'État Français mène désormais, au travers de certains de ses représentants trop souvent membres de sociétés occultes, une véritable guerre civile aux honnêtes citoyens qui refusent les violences institutionnelles mises en oeuvre par des magistrats corrompus et des réseaux de professionnels juridiques aux ordres des loges.

Dans cette belle province de l'Isère, à Bourgoin-Jallieu, une enfant de 11 ans, Brenda Reynaud, est internée depuis 8 mois dans une institution "éducative" au motif qu'elle aime trop sa mère... par ailleurs militante active de la défense des victimes du Tribunal de Grande Instance de Bourgoin-Jallieu, dont nombre de magistrats ont sur le dos depuis ce matin quelques enquêteurs de la Brigade Financière...



Le TGI de Bourgoin-Jallieu (38) est candidat au concours des Tribunaux Maçonniques Mafieux, tant son Tribunal de Commerce que son Tribunal pour Enfants.

Il se pourrait même que le Procureur Général de la Cour d'Appel de Grenoble ait du souci à se faire, d'avoir laissé faire : il faut dire que Lyon n'est pas loin, où se présentera bientôt le candidat Perben...



La petite Brenda, au mental solide et efficace, ne s'alimente plus depuis 6 jours et a perdu 2 kgs.
Les éducateurs concernés savent tous que sa séquestration est abusive et criminelle. Une "juge pour enfants" s'acharne sur elle et sa mère en démontrant des comportements d'une rare perversité : mère et fille, démunies devant les violences intolérables du système judiciaire, sont au désespoir.

Je vous invite vivement à prendre connaissance du courrier que je viens de faire parvenir à M. Philippe METTOUX, Conseiller de Madame Nicole GUEDJ, Secrétaire d'État aux Droits des Victimes. C'est la victime expiatoire que j'ai choisie et que je persécuterai symboliquement jusqu'à la libération de la jeune Brenda.

Je vous remercie pour elle de faire circuler ce texte.

Vous pouvez aussi envoyer ce courrier après l'avoir imprimé à tout magistrat de votre choix, ainsi que, plus précisément à Madame Céline GAUDIN, Juge pour Enfants, TGI de Bourgoin, 10 rue du Tribunal, 38200 Bourgoin-Jallieu, ainsi qu'aux destinataires de votre choix parmi ceux indiqués dans le courrier (par fax ou par courrier).vesrion Word à disposiion sur demande.

Il se pourrait aussi que nous ayions besoin de mobiliser un certain nombre de volontaires d'ici quelques jours pour rendre visite aux geôliers de la jeune Brenda,
éducateurs mis sous pression de menaces déjà mises en oeuvre à l'encontre de certains d'entre eux. Merci de prendre contact avec Liliane : lianeporte38@aol.com

 

Au 15 juin 2004 : Brenda Reynaud libre, retrouve sa mère.

 

Mme Nicole Guedj, Secrétariat d'État aux Droits des Victimes
M. Philippe Mettoux, Conseiller de Mme Guedj

 

Boulogne-Billancourt, le 31 mai 2004


Affaire Brenda Reynaud


À l'aimable attention de M. Philippe METTOUX : fax 01 44 77 60 62


Copie à :
Mme Liliane Pasinetti, Présidente du TGI de Bourgoin-Jallieu / fax 04 74 93 37 45
M. Dominique Perben, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice
M. Lionel Rimoux, Chef de Cabinet, Ministère de la Justice / fax 01 44 77 60 37
Inspection Générale des Services Judiciaires / fax 01 44 77 78 78
Cour Européenne des Droits de l'Homme
Association Sos-Jugement
Mme Céline Gaudin, Juge pour Enfants, TGI Bourgoin-Jallieu / fax 04 74 93 37 45
M. Bertrand Nadau, Procureur, TGI Bourgoin-Jallieu / fax 04 74 93 37 45


Monsieur Le Conseiller,


Suite à mes récents courriers relatifs au dossier de la jeune Brenda Reynaud, victime innocente des violences judiciaires du Tribunal de Grande Instance de Bourgoin-Jallieu (38) et notamment d'un agent de l'administration judiciaire faisant fonction de juge pour enfants suffisamment déséquilibrée pour "obéir", vous avez eu l'obligeance d'intervenir dans ce dossier afin d'apaiser des souffrances intolérables et d'éviter le risque d'une issue fatale à un drame qui touche une enfant de 11 ans et sa mère, Nadia Reynaud.


Je crois me souvenir de vous avoir donné l'ordre non négociable de faire libérer immédiatement la jeune Brenda Reynaud de son internement abusif qui met sa vie en danger. Je vous félicite de l'avoir mis si promptement à exécution.


À ce jour, en ce Lundi de Pentecôte, j'observe que, grâce à votre remarquable intervention, emprunte d'un profond sens de l'humanité qui fait honneur à votre profession de magistrat et à votre fonction de Conseiller auprès de Madame la Secrétaire d'État aux Droits des Victimes, la jeune Brenda a maigri de 2 kilos, suite à une grève de la faim qu'elle poursuit avec détermination depuis 6 jours.


Grâce à la remarquable efficacité des menaces proférées et mises en œuvre par la "magistrature" (???) du TGI de Bourgoin à l'encontre des éducateurs contraints de séquestrer Brenda jusqu'à il y a peu et révoltés par cette affaire, les responsables du nouveau centre où Brenda est désormais internée, à près de 40 km, en zone montagneuse, du domicile de sa mère, manifestent à l'égard du désespoir de Nadia Reynaud une attitude digne de leur profession : lorsque celle-ci leur fait savoir que cette affaire "va se terminer par en drame", ceux-ci répondent très clairement : "oui, nous savons, nous assumerons à ce moment-là" – "Nous avons reçu des ordres" – "Nous avons ordre de ne pas parler avec vous de votre association."…


Et bien entendu, ils obéissent aux ordres de ce meurtre institutionnel en cours de mise en oeuvre : quant à leurs collègues précédemment en charge de cette affaire, qui ont su assumer leurs responsabilités d'êtres humains et de citoyens en demandant la libération de Brenda, certains ont été mutés ou rétrogradés dans leur métier et les autres se taisent, sous la menace.


Il faut dire que Mme Nadia Reynaud est très gênante pour les réseaux mafieux qui utilisent le TGI de Bourgoin pour leurs petites affaires. Mme Reynaud anime depuis plusieurs 2002 une association de victimes des violences judiciaires.


C'est ainsi qu'elle a été informée d'un dossier délicat : un jeune homme, Vincent L., est mort à Fitilieu (38) il y a quelques années après avoir été renversé par la voiture de A.B., fille de commerçants du village et après une arrivée fort tardive des secours. Dossier banal, direz-vous. Bien entendu. Sauf que le dossier a été classé sans suite par le procureur de l'époque, un certain Achille Kiriakidès, impliqué dans nombre d'autres affaires fort délicates et muté depuis à Aix-en-Provence. Affaire banale, sauf que, justement, Nadia Reynaud et la mère du jeune homme tué étaient prêtes à obtenir une "une autopsie tardive" du corps, inhumé au plus vite sur ordre du maire du village, pour mettre en évidence, notamment, l'incurie des services de secours locaux et la protection inacceptable face à une saine justice et à toute poursuite de la responsable de cette mort.


C'est au lendemain et à la suite de cette action que Nadia Reynaud a vu sa fille emmenée en internement "éducatif".


Nadia Reynaud est une militante des droits de l'homme et assume pleinement le fait de défendre des victimes des violences institutionnelles. Donc, il vaut mieux casser Nadia Reynaud. Elle est séparée du père de sa fille ? Parfait. Prenons-lui sa fille, au motif que la mère et la fille s'aiment trop.


8 mois d'internement abusif d'une enfant de 11 ans, par ailleurs brillante à l'école et psychologiquement déterminée à ne pas se laisser faire. 6 jours de grève de la faim. 2 kilos en moins pour la gamine. Une mère qui annonce tous les deux jours à ses relations qu'elle va se tuer et une enfant qui a déjà tentée de se jeter d'une fenêtre il y a peu.


Un système judiciaire qui produit de telles violences n'est plus légitime car il viole les fondements du contrat social démocratique, porte atteinte aux intérêts supérieurs du peuple français et à la sécurité de l'État, en créant une situation de guerre civile entre les citoyens et l'État au travers de certains de ses représentants.


Un système judiciaire à ce point corrompu par des réseaux de sociétés occultes et mafieuses, qui tue les entreprises, comme celle de Rémi Magaud, toujours dans ce même village de Fitilieu, proprement assassinée par un gang mafieu de juges corrompus et de mandataires-liquidateurs véreux, dont celui de Bourgoin-Jallieu, actuellement sous enquête suite à plusieurs plaintes, n'est plus légitime au regard des citoyens que je représente.


Votre culture vous permet de savoir que les guerres civiles entre les citoyens de ce pays et les fonctionnaires se terminent toujours mal pour ces derniers, même s'ils restent capables de faire encore des milliers de victimes de leurs violences de plus en plus démesurées à l'encontre des honnêtes citoyens : le présent dossier illustre des centaines d'autres, où des vies sont ruinées et détruites par les violences judiciaires.


Soyons donc très clairs : je vous encourage vivement à vous enfouir la tête dans le sable. Botter en touche, comme l'on dit en langue de bois énarchienne. Ou passer la patate chaude ailleurs, en langage plus populaire.


Manque de chance, c'est sur vous qu'elle tombe. Je ne vous lâcherai pas.


L'incurie des services centraux et la violence des mafia judiciaires locales que vous connaissez tout autant que moi sont désormais intolérables. Les citoyens français libres et souverains sont parfaitement prêts à assumer une guerre civile symbolique d'une totale non-violence avec la corruption de la justice maçonnique, illégitime et illégale que vous représentez à ce jour personnellement.


Vous ferez donc comme vous le sentirez juste au plus profond de votre for intérieur, là où vous aimeriez encore pouvoir vous regarder dans une glace la semaine prochaine : vous pouvez agir pour que cette affaire se conclue au plus tôt par la mort de l'enfant et/ou de sa mère, vous pouvez faire interner la mère, vous pouvez donner l'ordre de m'éliminer au plus vite, vous pouvez me faire poursuivre pour injure à magistrat (quels magistrats ??)… Ceux qui nous remplaceront seront pires.


Vous pouvez aussi demander de l'aide aux gens compétents pour apaiser un dossier qui ne peut que s'envenimer au fil des heures. Je reste donc à votre disposition pour tout entretien téléphonique utile.

Je vous prie de croire, Monsieur le Conseiller, à l'assurance de ma parfaite considération.


Christian Cotten
Psychosociologue, psychothérapeute,
Président de Politique de Vie,
Auteur de Mafia ou Démocratie,
Prophétie pour une VIème République
,
Louise Courteau Éditrice

Au 15 juin 2004 : Brenda Reynaud libre, retrouve sa mère.

 


Accueil Site Politique de Vie