Accueil Site Politique de Vie

 

Selon l'enquête réalisée par James P. Tucker Jr. pour le compte de l'hebdomadaire nationaliste américain "American Free Press" et publiée le 30 avril, la conférence de Bilderberg de 2004 devrait se dérouler en Italie, à Stresa, à proximité du Lac Majeur, au Grand Hôtel des Iles Borromées entre le jeudi 3 et le dimanche 6 juin.

(Hôtel des Iles Borromées - Corso Umberto I, 67 - 28838 Stresa - ITALY)

On y attend, entre autres, la venue de José Luis Rodríguez Zapatero, le nouveau Premier ministre espagnol, du roi Juan Carlos et de la reine Sofia, de Pedro Solbes, nouveau ministre de l'économie de l'Espagne ainsi que des habitués tels que David Rockefeller, Henry Kissinger et les représentants des familles royales européennes (maison d'Orange, monarchie belge).


Un article de Philippe Chatelain - pchatelin@yahoo.fr - 14 mai 2004

Le groupe de Bilderberg : un mystérieux réseau d'influence atlantiste.


La réunion de l'année dernière

Le groupe de Bilderberg a organisé sa dernière conférence au mois de mai 2003 à proximité du palais de Versailles, entre le 15 et le 18 à l'hôtel Trianon Palace. Bien que David Rockefeller, lors d'une sortie dans le parc pour se promener, ait indiqué à Tony Gosling, ancien journaliste de la BBC et membre du National Union of Journalists, qui tentait de couvrir l'événement, qu'il s'agissait d'une réunion privée, les observateurs ont pu constater un déploiement policier massif autour du bâtiment avec bouclage d'une partie du boulevard de la Reine et du parc du château et assister à un ballet de berlines aux vitres fumées, certaines précédées d'une escorte motocycliste. Parmi la population locale, très peu de gens étaient au ! fait de l'événement.

Seule une poignée de journalistes installés au Novotel du Chesnay tentait d'offrir une couverture à cette réunion qui précédait le G8 d'Evian. Parmi ceux-ci, on pouvait compter James P. Tucker et Christopher Bollyn pour le compte de l'American Free Press, deux journalistes danois ainsi qu'un journaliste turc chargé de couvrir le festival de Cannes et dépêché à Versailles, informé par sa rédaction de la présence à Versailles du Ministre des Finances turc, Ali Babacan. Les Français tentant de suivre l'événement se limitaient à quelques bénévoles d'Indymédia. En réalité, le déroulement de la conférence de Bilderberg à Versailles avec, notamment, la ven! ue d'Henry Kissinger, susceptible d'engendrer une vive controverse, annoncée dans un article d'Emma Jane Kirby [1], correspondante de la BBC à Paris, était connue de la plupart des grands médias, et par quelques citoyens mieux informés du fait de fuites plusieurs mois avant l'événement, notamment via Internet.


Un réseau d'influence sous la houlette d'Henry Kissinger

Henry Kissinger, lié depuis ses débuts à David Rockefeller, est membre du comité exécutif du groupe de Bilderberg, groupe fondé en 1954 par le prince Bernhard des Pays-Bas. Ce groupe rassemble des membres des familles royales européennes, des dirigeants d'entreprises dans le domaine de la défense (EADS, Thalès), de l'énergie, de la médecine, de la banque, de l'assurance, qui y côtoient des responsables politiques de ministères clés (défense, finance, politique étrangère) ainsi que les membres les plus influents des médias (tenus au secret, ce qui explique le black-out médiatique) ou des juges antiterroristes. Le fait que la dernière conférence se soit déroulée en France (avec la présence notable de messieurs Perle et Wolfowitz) au moment même où les néoconservateurs parlaient de rupture diplomatique entre la France et les Etats-Unis implique une complicité transatlantique et une trahison de l'opinion publique.


Henry Kissinger, le Docteur de la Mort

Henry Kissinger a exercé un rôle primordial dans la politique étrangère américaine depuis son accession au poste de Directeur d'études sur les armes nucléaires et la politique étrangère au Conseil des Relations Etrangères en 1955, bien qu'il ne soit véritablement connu du grand public que depuis sa nomination au poste de Secrétaire d'Etat par Nixon en 1973. Coordinateur en 1974 du NSSM 200, étude dont les conclusions préconisaient d'utiliser les moyens à la disposition gouvernement américain afin de limiter la croissance démographique mondiale, considérée comme une menace pour les intérêts et la sécurité et des Etats-Unis, et toujours soutenue par le Centre de Recherche sur la Population et la Sécurité, Henry Kissinger fut directement impliqué dans divers intrigues et crimes : organisateur du bombardement des populations civiles du Laos et du Cambodge, du coup d'état au Chili en 1973 pour les plus célèbres. Il incarne le type de personne que les Etats-Unis cherchent à protéger en refusant de ratifier les accords du Tribunal Pénal International. Etrangement, ce personnage sinistre fut nommé par le président Bush pour présider une commission d'enquête "indépendante" chargée de faire "la lumière sur l'incapacité des services de renseignement à empêcher les attentats du 11 septembre 2001". Suite à la polémique engendrée par cette nomination, il fut contraint de renoncer à présider cette commission.

On ignore quelles sont exactement les tractations qui ont lieu au sein du groupe dit de Bilderberg, quelles sont les stratégies qui y sont élaborées, mais le fait qu'elles aient lieu sous la houlette d'un homme tel qu'Henry Kissinger, qu'elles rassemblent les dirigeants politiques et économiques occidentaux, et ce à l'insu des opinions publiques, constitue une remise en question des fondements mêmes de la démocratie.

[1] Emma Jane Kirby :"Elite power brokers' secret talks"

Accueil Site Politique de Vie